Un « phare sur l'éducation pour sortir de la crise » a récemment été créé sous la forme d'une nouvelle communauté web de l'OCDE, destinée à aider le système éducatif. Ce site collaboratif, nommé educationtoday (voir www.oecd.org/edu/phare), contient aujourd'hui près de 200 articles d'experts de l'OCDE et d'ailleurs, et tout internaute peut s'y inscrire via « monOECD » sur www.ocde.org.

©Reuters/Eddie Keogh

L’éducation pour tous

Les jeunes des milieux modestes sont cruellement sous-représentés dans l’enseignement supérieur. Cela les expose non seulement leur vie durant à des salaires inférieurs, mais cela fragilise en outre les fondements de la croissance économique. Que faire ?

Lire la suite

Cliquer pour agrandir

De plus en plus d’étudiants cherchent  à donner à leur formation un avantage  concurrentiel en traversant les frontières.  Malgré la contraction du soutien aux  bourses et des budgets voyage, 4,1 millions  d’étudiants ont poursuivi leurs études  supérieures à l’étranger en 2010. 

Bretagne, 1689. Voltaire raconte l’histoire d’un Huron, trilingue, fraîchement débarqué en Bretagne, qui est convié à un dîner chez des notables de la ville. Quand on lui demande laquelle de ses trois langues il préfère, il répond que c’est le huron. « Est-ce possible ? » s’écrie mademoiselle de Kerkabon ; « J’avais toujours cru que le français était la plus belle de toutes les langues après le bas-breton. » « On disputa un peu sur la multiplicité des langues, et on convint que, sans l’aventure de la tour de Babel, toute la terre aurait parlé français. »

©Reuters/Luke MacGregor

La concurrence mondiale et la crise financière internationale accentuent les pressions pesant sur les programmes éducatifs de nombreux pays. Des approches radicalement nouvelles de l’apprentissage sont désormais nécessaires.

Charles Fadel ©OCDE

Les besoins de main-d’oeuvre évoluant avec le progrès technologique, les compétences doivent s’adapter au même rythme pour que les économies restent compétitives.

L’enseignement supérieur se développe rapidement, au point de devenir un secteur mondial à part entière. Cela pose de multiples défis aux éducateurs, aux étudiants et aux décideurs. 

Ayant enseigné au Texas pendant 25 ans, je pense bien connaître les questions abordées ici, en particulier à propos de l’enseignement public dans mon État (« Lessons in resilience from PISA » sur OECD insights). J’applaudis l’idée d’Andreas Schleicher selon laquelle, pour avoir des « élèves résilients », la meilleure chose à faire est d’accroître l’aptitude des enseignants à motiver les élèves.

©REUTERS/Mark Blinch

Le système éducatif canadien jouit d’une solide réputation, tant auprès des Canadiens qu’à l’étranger, grâce aux bonnes performances mesurées par des études de renom comme le programme PISA de l’OCDE, qui évalue les acquis des élèves de 15 ans. Il y a plusieurs raisons à ce succès, notamment la mise en place de réformes favorisant l’équité et l’intégration. Mais certains défis restent à relever.

Cliquer pour agrandir

Les élèves d’aujourd’hui sont-ils préparés à l’économie du savoir du XXIème siècle ? Quelles compétences de base ont-ils, et comment les différents pays se classent-ils les uns par rapport aux autres en termes de tâches basiques comme la lecture, les mathématiques et les sciences ?

Lorsqu’on se penche sur l’importance des connaissances et des compétences pour l’avenir de nos économies, deux faits doivent être pris en considération.

Cliquer pour agrandir.

Le constat est sans appel : plus on a un niveau d’éducation élevé, plus on a de chances de trouver un emploi. Dans tous les pays de l’OCDE sans exception, les 25 à 64 ans diplômés du troisième cycle sont plus nombreux à avoir un emploi que ceux qui n’ont qu’un diplôme de deuxième cycle du secondaire. De même, ces derniers ont généralement beaucoup plus de chances d’avoir un emploi que ceux qui ont un niveau de formation inférieur.

La région MENA investit fortement dans l'éducation. Cependant, pour satisfaire la demande d'études supérieures d'une génération de baby-boomers, les gouvernements de la région devront trouver de nouvelles sources de financement.

©RFA

Responsabiliser les établissements améliore-t-il toujours leurs performances ? Pas forcément de la manière que l’on croit, comme l’explique cet extrait de Améliorer la direction des établissements scolaires :

©André Faber

Le Centre de l’OCDE pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement a célébré son 40ème anniversaire en 2008. Il a encore un bel avenir devant lui.

Un air raréfié émane souvent des universités réputées. Des flèches d’Oxford aux ruelles de Bologne, l’isolement de ces établissements face aux collectivités locales et leur dédain pour le monde du commerce correspondent toujours à une description répandue, si ce n’est à une tradition.
Utilisez-vous plutôt votre hémisphère droit, ou gauche ? Apprenez-vous en dormant ? Les hommes et les femmes ont-ils des cerveaux différents ? Les pubs, les magazines et les conversations sont truffés de ce genre d’idées reçues. Quelle est la part du vrai et du faux, et comment ces idées sont-elles nées ?
Quel est le facteur scolaire le plus important dans l’apprentissage ? Les enseignants, bien sûr. Or, l’efficacité des différents enseignants et établissements scolaires varie considérablement. Le problème majeur des pays espérant préserver la compétitivité de leur système éducatif à l’échelle internationale est de savoir comment recruter, retenir et former un corps enseignant de qualité.
L’enseignement supérieur suscite un intérêt sans précédent dans les pays de l’OCDE. En Allemagne, le projet de création d’universités d’élite provoque un débat passionné. En France, les discussions continuent sur le fossé entre universités à la traîne et Grandes Écoles mieux loties. Le débat britannique porte sur l’éducation comme bien public par opposition à la gestion des universités selon les lois du marché. Aux États-Unis, le problème demeure celui de l’accessibilité, de la compétition et des tarifs élevés.

©André Faber

Loin de rester cantonnées à la seule transmission du savoir, les universités ont un réel rôle social à jouer. Grâce à leur expérience de terrain, elles sont à même de participer à la définition du projet éducatif, et d’accompagner la société dans ses mutations économiques, politiques et sociales. C’est dans cet esprit que Sciences Po a lancé ses Conventions éducation prioritaire.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Lorsque les chefs d’États et de gouvernements se sont rencontrés au Sommet de Lisbonne en 2000, ils se sont donnés pour objectif de faire de l’Europe « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ». Cet objectif est loin d’être atteint, en particulier dans l’éducation supérieure.*
Si l’éducation secondaire devait disparaître, quelle serait son épitaphe ? Des administrateurs d’établissements aux Pays-Bas ont utilisé cette question pour tenter de prendre du recul par rapport aux besoins actuels pressants et susciter de nouvelles idées sur ce que pourrait être l’école de demain. L’école de demain. Repenser l’enseignement : Des scénarios pour agir souligne que, bien que l’école d’aujourd’hui ait un impact sur la vie de chacun et sur le bien-être de communautés entières pendant des décennies, la plupart des décisions prises en la matière portent sur des problèmes à court terme.

Cliquer sur le graphique pour l'agrandir

La révolution technologique réaffirmerait-elle la prééminence de l’un des plus vieux outils de la civilisation : l’écrit ? Ce qui, il n’y a guère plus d’une décennie, relevait au moins partiellement de l’oral, au téléphone par exemple, transite désormais par courrier électronique ou SMS. Chez certaines compagnie aériennes, il est même moins cher de commander des billets en ligne que par téléphone !
En octobre 1966, au Pays de Galles, un terril s'effondre sur une école, tuant 144 personnes dont 116 enfants.

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Le choix de la rédaction

  • Economic Outlook_video

Articles les plus lus

Abonnez-vous dès maintenant

n° 297 T4 2013

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2014