©Reuters/Thomas Mukoya

Consommatrices, créatrices et dirigeantes d’entreprises, agricultrices, salariées : les femmes dépendent des mécanismes du marché et doivent avoir accès aux financements nécessaires à leurs activités.

©Photosensitive/Reuters

Les Objectifs de développement durable des Nations Unies pourraient réellement changer la donne pour les femmes, car ils intègrent des avancées dans des domaines sensibles comme les droits reproductifs. Il faut s’attendre à des obstacles et à des résistances dans les années à venir.

Une usine géothermique en Indonésie Reuters/ Beawiharta Beawiharta

Le changement climatique est le plus grand défi de notre temps. Il faut mobiliser des financements pour l’atténuer et s’adapter à ses conséquences. 

« Comme manger sa soupe avec un couteau » : Peter O’Toole campe TE Lawrence, avec Omar Sharif, dans le film de 1962 Lawrence d’Arabie ©Kobal/The Picture Desk/AFP

L’insurrection est une cause de sous-développement dans de vastes régions d’Afrique de l’Ouest et freine les progrès sociaux et économiques.

La Conférence sur le changement climatique tenue à Paris en novembre et décembre marque le point d’orgue d’une année où plusieurs jalons ont été posés pour assurer un meilleur avenir à tous. La prise en charge du changement climatique occupe une place déterminante dans les 17 objectifs de développement durable (ODD) convenus à New York en septembre 2015 ; la signature d’un accord à Paris pourrait non seulement appuyer les efforts qui ont conduit à ces ODD historiques, mais aussi redonner espoir à tous les habitants de la planète, surtout les plus vulnérables.

Cliquer pour agrandir

L’économie florissante de l’Asie du Sud-Est représente un défi majeur pour l’environnement : durant les dernières décennies, son modèle de croissance a reposé sur une exploitation intensive des ressources. Son capital naturel représente plus de 20 % de sa richesse totale, contre 2 % en moyenne pour les pays de l’OCDE.

Le paysage financier en Afrique a considérablement évolué depuis 2000. Les apports privés extérieurs que sont les investissements et les transferts des migrants sont désormais les moteurs de la hausse des financements extérieurs, selon les Perspectives économiques en Afrique 2015

« Quasiment tous nos problèmes sont financiers. L’argent, c’est toujours un problème. Je dois encore m’occuper de mes parents qui ne travaillent pas et m’assurer qu’ils ont de quoi manger ; c’est moi qui paie leur assurance car ils n’en ont plus les moyens. Je ne gagne pas assez pour tout cela. » 

L’investissement privé, en particulier dans les infrastructures, va probablement devenir une composante essentielle du financement du développement. 

U Chit Po a 49 ans et tient une épicerie au Myanmar. Il a une épouse et deux enfants à charge. Il a récemment connu un grave ennui de santé et souhaiterait prendre prochainement sa retraite. Or, il n’a pas de couverture maladie car il n’y a pas de licence pour le marché de l’assurance santé au Myanmar. Ses revenus sont constitués des bénéfices de son petit commerce et des intérêts sur les sommes qu’il prête au taux de 20 % par jour. Il n’a jamais épargné dans un établissement bancaire officiel, mais ses connaissances sur la valeur et les complexités de l’épargne sont de très haut niveau. Il trouve la bureaucratie bancaire trop pesante, en particulier pour les retraits à très bref délai, et estime que les taux d’intérêt proposés par les banques n’en valent pas le coup.

©Issei Kato/REUTERS

La division du monde entre pays riches et bien éduqués d’une part et pays pauvres et peu instruits d’autre part appartient au passé.

Les Nations Unies œuvrent depuis trois ans à l’élaboration d’un programme mondial de développement durable pour succéder aux huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui expirent en 2015. Ce programme majeur, qui compte 17 objectifs de développement durable (ODD) et 169 cibles, devrait être adopté au Sommet des Nations Unies en septembre à New York. 

Les leaders mondiaux viennent d’adopter 17 Objectifs de développement durables (ODD), divisés en 169 cibles. Avant d’espérer les concrétiser, il faudra atteindre un autre objectif : l’amélioration de la qualité des données. 

©Guiziou Franck/HEMIS.FR

À Etatara (Mozambique), Joacquim pratique une agriculture de subsistance. Ce paysan de 46 ans doit subvenir seul aux besoins de sa famille, composée de son épouse et de ses trois petits-enfants orphelins. Il vit dans une maison traditionnelle, qu’il ne peut utiliser pour garantir un emprunt, et cultive maïs, sorgho, manioc et haricots, qui sont consommés en grande partie par la famille, le reste étant vendu. Il gagne entre 300 et 500 USD par mois, selon les saisons et sa production.

©David Rooney

Relever les défis budgétaires est partout une gageure. Y adjoindre le défi de sortir du sous-développement un exploit. Pourtant, partout sur la planète, l’État et les collectivités locales ont la responsabilité de fournir des services publics et des services sociaux dignes de leurs citoyens, des infrastructures propres à attirer les investisseurs. Les recettes fiscales jouent un rôle crucial pour atteindre ces objectifs. Un cadre budgétaire stable et prévisible favorise la croissance et, à plus long terme, réduit la dépendance envers les financements extérieurs, publics comme privés. La fiscalité est un levier de « bonne gouvernance » et un moteur pour des réformes plus vastes.

Le commerce international est un levier indispensable du développement. Mais ses coûts élevés empêchent les pays en développement de tirer pleinement profit des possibilités de développement, de croissance et de création d’emploi qu’offre le marché mondial.

©REUTERS/Joe Penney

Nombreux sont les pays qui sortent d’un conflit. Pourquoi s’intéresser au Mali ? 

Alors que les négociations sur les Objectifs de développement durable (ODD) sont sur le point de se conclure, les pays précisent les moyens nécessaires à leur mise en œuvre. On compte actuellement 17 objectifs, et lors du Sommet des Nations Unies de septembre où seront lancés les ODD, la nature « transformative » des objectifs, largement soulignée, pourrait gagner en importance, de même que l’appel à « revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable » figurant dans l’Objectif 17.

Malala Yousafzai au Sommet de l’ONU ©Jemal Countess/Getty Images North America/AFP

Le Programme de développement pour l’après-2015, adopté lors du Sommet de l’ONU sur le développement durable organisé à New York du 25 au 27 septembre, influera fortement sur les travaux de l’OCDE concernant le développement durant la prochaine décennie et au-delà. 

Charlotte Moreau/L'Observateur de l'OCDE

En 2014, l’aide publique au développement (APD) a atteint le montant inédit de 135,2 milliards USD. Cependant, tous les pays en développement n’en bénéficient pas à même enseigne, et pour certain elle peut sembler négligeable par rapport à d’autres flux financiers internationaux. Pour les pays les moins avancés, elle représente tout de même plus de 70 % du financement extérieur disponible, et plus d’un tiers des recettes et dépenses publiques totales. D’où l’importance de l’objectif fixé en 1970 par les Nations Unies, à savoir affecter à l’APD 0,7 % du revenu national brut (RNB) des donneurs.

David Rooney/L'Observateur de l'OCDE

Si la plupart des contribuables s’arrachent les cheveux au moment de remplir leur déclaration, ces difficultés sont sans commune mesure avec celles que doivent affronter les services fiscaux, notamment sur les dossiers des entreprises multinationales. 

De quoi se nourriront la croissance et le développement économiques de l’Afrique ? Les centres urbains en seront-ils le moteur ? Les zones agricoles stimuleront-elles la productivité ? Réponse : les deux.

©Nir Elias/REUTERS

L'investissement, indispensable à une reprise durable et au bien-être futur, a été durement touché par la crise. Entre 2008 et 2014, l'investissement privé était 25 % en dessous des prévisions d'avant la crise. Des infrastructures aux énergies vertes en passant par l'amélioration de l'enseignement et des soins de santé, tous les pays dépendent de l'investissement dans le capital physique et humain.

Bill Gates, soutien de l'Alliance Better than Cash ©Bernd Von Jutrczenka / DPA Picture-Alliance/AFP

L’accès au financement peut être un vecteur de développement social et économique inclusif. Quel rôle pour les transactions numériques ? 

©John Paul/Australian Women's Weekly

Les discussions internationales en cours en 2015 – dans le cadre notamment de la réunion d’Addis-Abeba sur le Financement du développement en juillet, de l’adoption d’un nouvel ensemble d’Objectifs universels de développement durable aux Nations Unies en septembre, et du sommet sur le changement climatique de Paris à la fin de cette année cruciale – nous donnent une occasion unique et exceptionnelle de rédiger une « Grande Charte pour la Terre ».

Lilianne Ploumen, ministre du Commmerce extérieur et de la Coopération pour le développement, Pays-Bas Gouvernement des Pays-Bas

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) a cessé d’être un simple concept  vendeur à la mode pour irriguer les activités commerciales des entreprises du monde  entier. Du « triple résultat » aux indices boursiers récompensant les pratiques sociales et  environnementales responsables, les valeurs des entreprises se calquent toujours plus sur  celles de la RSE. Qu’en est-il dans les chaînes logistiques ? Comment les multinationales  en particulier peuvent-elles être sûres que leurs fournisseurs dans les pays pauvres ne  jouent pas avec des vies humaines ni avec l’environnement ? L’effondrement du Rana  Plaza — qui abritait des ateliers de confection fournisseurs de grandes marques — au  Bangladesh en 2013 et son lourd bilan humain sont venus rappeler de manière tragique  qu’il reste beaucoup à faire pour que la RSE prenne tout son sens.

Pour cette table ronde de L’Observateur de l’OCDE, nous avons demandé aux  représentants de différentes parties prenantes (gouvernements, entreprises, syndicats  et société civile) de répondre aux questions suivantes : « Comment encouragez-vous une conduite responsable des entreprises ? Que faut-il faire selon vous pour renforcer la responsabilité sociale des entreprises à  l’échelle mondiale ? »

©Table ronde de L’Observateur de l’OCDE n° 12 

©OECD/Matthieu de Martignac

Dans les prochains mois, la communauté internationale va se réunir trois fois, sur trois continents, pour mettre au point un programme de développement durable pour les générations futures.

©Sodexo

La profonde mutation dans laquelle le monde est engagé nécessite de repenser les modèles de croissance traditionnels. La question posée aux économies comme aux entreprises est en réalité la même : existe-t-il des ressources nouvelles pour une croissance plus harmonieuse et plus humaine ? En tant que dirigeant de Sodexo, j'ai toutes les raisons d'y croire. Cela fait 50 ans que notre groupe grandit en plaçant l’être humain au cœur de son modèle économique, de son organisation et de ses relations avec la société.

©Oxfam

Selon les résultats choquants d’une nouvelle étude d’Oxfam, les 1 % les plus riches de la planète détiendront, si les tendances actuelles se poursuivent, plus de la moitié des richesses mondiales en 2016.

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016