Les décideurs, chefs d’entreprise et autres acteurs font souvent l’éloge de la croissance verte, mais les actions concrètes restent rares. On peut d’ailleurs s’étonner que, même dans l’agriculture, la plupart des pays de l’OCDE n’aient pas encore de stratégie sérieuse. Cependant, d’après l’ouvrage Moyens d’action au service de la croissance verte en agriculture, l’infi niment petit pourrait venir à la rescousse.

L’eau sera le plus important vecteur des effets du changement climatique. Beaucoup de régions du monde devraient ainsi connaître une multiplication des épisodes de pluie torrentielle, d’inondation et de sécheresse, mais la modification du climat bouleversera aussi la situation des ressources en eau douce dans le monde.

©Jackie Naegelen/ReutersJ

L’automobile a été fort malmenée depuis le début de la récession en 2008. Même avant la crise, on percevait l’émergence de nouveaux modèles appelés à remodeler durablement tout le secteur. 

©Dmitry Kalinovsky. Licence accordée à Shutterstock.com

En anglais, lorsque quelqu’un fait quelque chose de stupide, on lui demande s’il a « mangé de la peinture au plomb » pendant son enfance. Les effets de l’empoisonnement au plomb ne sont en effet pas anodins. De nombreux chercheurs pensent que ces empoisonnements dans l’enfance sont fortement corrélés aux pics de criminalité. Certes, la causalité n’est pas visible immédiatement, mais les méta-analyses des autres facteurs semblent toutes désigner le plomb.

Depuis 13 ans, l’Afrique connait une progression phénoménale, avec un rythme de croissance impresionnant (en moyenne 5,1 % du PIB par an), et bien supérieur à celui de la plupart des pays de l’OCDE. Pour certains, cet essor n’est que le reflet de la récente flambée des prix des ressources naturelles, la plupart des prix des produits de base (agricoles, minéraux et énergétiques) ayant doublé, voire triplé sur la période. Selon eux, la croissance africaine s’essouflera dès lors que ces prix baisseront, comme c’est le cas actuellement. 

AdStock RF. Licence accordée à Shutterstock.com

En juillet 2008, la province canadienne de Colombie britannique a créé, pour la première fois en Amérique du Nord, une taxe sur le carbone sans incidence sur les recettes. « The Political Economy of British Columbia’s Carbon Tax », document de travail de l’OCDE sur l’environnement rédigé par Kathryn Harrison, est consacré à cette taxe, de ses origines à ses perspectives d’évolution en passant par le rejet dont elle a un temps fait l’objet. 

REUTERS/Pascal Rossignol

L’UE recueille l’approbation générale pour avoir interdit, en février 2013, les rejets de poissons en mer : pourquoi ?

Pour une [r]évolution énergétique

Cessons d’abriter derrière des termes comme « inclusive » et « verte » une économie dont la croissance est la seule finalité. Nous devons radicalement changer notre manière de réfléchir à la croissance – et ne pas laisser des intérêts particuliers entraver la création d’une économie juste, équitable et durable où l’énergie propre soit accessible à tous.

Lire la suite...

© Reuters / Enny Nuraheni

Le changement climatique n’attendra pas

Les difficultés économiques actuelles de l’Union européenne ne sauraient être prétexte à retarder la création d’une économie fondée sur une utilisation efficace des ressources et un développement à faible émission de carbone. Réduction des émissions de gaz à effet de serre, meilleure utilisation de l’énergie et des ressources, progression, stimulation de la croissance et de l’innovation : les avantages pourraient être considérables.

Lire la suite

REUTERS/Kyodo Kyodo

Le 11 mars 2011, un séisme d’une magnitude de 9 frappait l’est du Japon, suivi d’un gigantesque tsunami et d’un accident nucléaire. Ces événements conjugués provoquaient une catastrophe sans précédent, causant la mort ou la disparition de plus de 19 000 personnes et des dégâts matériels considérables.

©David Rooney

La science et la technologie jouent un rôle central dans notre société. Elles sont inscrites dans nos vies, elles nous aident à répondre aux grands défis de l’humanité, elles sont génératrices d’innovations et d’emplois et améliorent la qualité de la vie. Elles font partie de notre culture, et ce sont finalement elles  qui nous définissent comme l’espèce qui « veut savoir » – c’est ce qui fait de nous des Homo sapiens. Mais dans les décisions politiques, apprécions-nous la science à sa juste valeur ?        

Cliquer pour agrandir

Aujourd’hui, les gouvernements reconnaissent le rôle des énergies renouvelables, non seulement pour promouvoir le développement durable et combattre le changement climatique, mais aussi en tant que source potentielle d’innovation et de croissance économique.

Cliquer pour agrandir

Si vous lisez ces lignes dans une grande ville, l’air que vous respirez n’est sans doute pas très bon pour vos poumons. Tandis que plus de 50 % de la population mondiale vit aujourd’hui en zone urbaine, seulement 2 % de la population urbaine mondiale respire une concentration acceptable de particules en suspension, ou PM (de l’anglais particulate matter), qui peuvent être source de maladies respiratoires, de cancers et de mort prématurée.

Cliquez pour agrandir

« Nous allons manquer d’eau bien plus rapidement que de pétrole », a prévenu le Président de Nestlé, Peter Brabeck-Letmathe, lors du Forum de l’OCDE en mai 2012. Les Perspectives de l’environnement de l’OCDE à l’horizon 2050 suggèrent clairement que les réserves en eau douce s’amenuiseront si aucune action nouvelle n’est entreprise.

© Reuters Staff/Reuters

À l’échelle de la planète, environ un milliard d’individus souffrent de la faim et, avec la persistance de la crise économique, la course à la croissance risque d’aggraver les choses.

Tandis que le monde est accaparé par la crise économique, le changement climatique prend une tournure de plus en plus grave. Un certain nombre de leçons doivent encore être tirées. 

Le PIB ne peut mesurer la croissance verte. Comment y parvenir ?

L’affirmation de Thomas Edison, qui considérait que le génie est fait « de 1 % d’inspiration et de 99 % de transpiration » trouve un écho particulier dans le secteur de l’énergie solaire.

© Crack Palinggi/Reuters

La continuité de nos sociétés et la durabilité de notre planète ne seront assurées que si nous parvenons, collectivement, à résoudre les multiples difficultés majeures engendrées par les changements dus à la Révolution industrielle. 

Maria van der Hoeven ©OCDE

En 2012, les marchés de l’énergie, comme l’économie en général, sont caractérisés par une grande incertitude. Les problèmes macroéconomiques mondiaux de 2011 ont détourné l’attention de la politique énergétique, et il pourrait en aller de même cette année.

Pour l’OCDE, le respect de l’environnement n’est pas un vain mot. L’organisation consacre du temps et des ressources à la concrétisation des principes qu’elle prône.

Comment l’action publique peut-elle contribuer à accroître les opportunités économiques sans surexploiter les ressources naturelles ou détruire la planète ? Comment atténuer les pressions croissantes qui s’exercent sur l’environnement et menacent déjà notre bien-être ? La Stratégie de l’OCDE pour une croissance verte pose des jalons pour l’avenir.

Pour sortir de la crise et créer des emplois, les pays de l’OCDE ont besoin de croissance. Mais d’où cette croissance viendra-t-elle? Par ailleurs, face à des défis tels que le changement climatique et le développement mondial, comment favoriser une activité économique moins polluante et plus intelligente? Les réponses à ces questions pourraient nous aider à trouver une voie pour sortir de la crise et construire un avenir plus sûr.

Le Rapport planète vivante 2010 du WWF montre que nous consommons actuellement 50 % de ressources au-delà de ce que la Terre peut produire. Si nous suivons cette tendance, il nous faudra deux planètes pour subvenir à nos besoins en 2030. Manifestement, le statu quo ne nous mènera pas à des lendemains prospères.

©SkySails

Innover, c’est aussi trouver des manières originales d’utiliser des technologies déjà existantes. La voile en est un exemple, comme l’explique la société SkySails Gmbh & Co KG.

Alors qu’elle s’apprête à souffler ses 50 bougies, l’OCDE doit continuer à être toujours plus pertinente, utile et ouverte au sein de la nouvelle architecture de gouvernance mondiale, affirme Angel Gurría dans cet extrait des observations qu’il a formulées à l’occasion du renouvellement de son mandat de Secrétaire général.*

Ralentissement en vue ?; Économie ; Verbatim ; Dépêches ; Travaux anti-corruption primés ; Lancement d'iLibrary ; Israël rejoint l'OCDE ; Le Secrétaire général reconduit ; Best of...

Dépenses de santé en hausse ; Dépêches ; Verbatim ; Benvenuto ! ; Économie ; Spéculation alimentaire ? ; Flexibilité chinoise bienvenue ; Échanges sans frontières ; Best of...

©Mike Hutchings/ Reuters

La gestion des écosystèmes peut favoriser la création d’emplois verts et une croissance économique durable.

Cliquez pour agrandir

La croissance verte peut-elle susciter une reprise durable ? Cela dépendra beaucoup des politiques mises en oeuvre. En 2011, l’OCDE présentera sa Stratégie pour une croissance verte. En voici quelques prémices.

Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Le choix de la rédaction

  • Economic Outlook_video

Articles les plus lus

Abonnez-vous dès maintenant

n° 297 T4 2013

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2014