Lutter contre le changement climatique

Secrétaire général de l’OCDE

Hausse de 50 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, élévation des températures, multiplication des sécheresses et des tempêtes dévastatrices ; expansion des espaces urbains et agricoles entraînant l’extinction d’un nombre croissant d’espèces animales et végétales ; épuisement des ressources naturelles ; 1 milliard de personnes en plus vivant dans des zones pauvres en eau d’ici 2030 et recrudescence de la pollution, des maladies et des décès prématurés. Comment rester indifférent à ce scénario du pire, exposé dans l’édition 2008 des Perspectives de l’environnement de l’OCDE ?

Heureusement, l’OCDE peut aussi prévoir un horizon bien plus positif, que les ministres de l’Environnement de la planète privilégieront lors de l’importante conférence ministérielle de l’OCDE en avril prochain : nous pouvons surmonter les défis environnementaux, les politiques et les solutions nécessaires existent, elles sont réalistes et abordables, surtout si on compare leur coût à l’accumulation de richesses anticipée et au prix de l’inaction.Mais nous devons agir maintenant, pour des raisons aussi bien économiques qu’environnementales. Prenons l’exemple des nouveaux investissements en infrastructures énergétiques dans les pays émergents et développés dans la prochaine décennie. Il faut agir maintenant pour s’assurer que ces projets utilisent des technologies et des normes d’efficacité appropriées. C’est une occasion unique de nous épargner des investissements nettement plus coûteux à l’avenir.Les chiffres sont éloquents. D’après nos experts, il suffirait de se contenter d’une croissance du PIB mondial de 98 % d’ici 2030 – contre 99 % en cas de politiques inchangées – pour améliorer considérablement la qualité de l’air et de l’eau. Ce simple point de croissance sacrifié contribuerait à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Un point de pourcentage sur un quart de siècle n’est pas un prix élevé, on peut l’envisager comme une prime d’assurance. Pas donné, certes, mais abordable.Comment réaliser ce nécessaire investissement ? Nos Perspectives de l’environnement, publiées récemment, mettent à profit plusieurs décennies d’analyse et d’expertise environnementale à l’OCDE. Les questions économiques et environnementales y sont examinées sous tous les angles, en développant des modèles d’analyses et en exploitant les connaissances spécialisées d’autres organisations et d’agences nationales de la zone OCDE et au-delà.Notre message est simple : avec le doublement prévu de l’activité économique mondiale d’ici 2030, il est impératif d’adopter une trajectoire de croissance plus « verte » et sobre en carbone. Il nous faut concevoir des panoplies de mesures adaptées à la nouvelle donne.Les instruments de marché doivent y prendre davantage de place, car ils peuvent faire baisser les coûts de l’action. Et puisque ce sont les activités économiques qui dégradent l’environnement, les instruments économiques devraient jouer un rôle clé dans les solutions. Ils constituent le pivot du dispositif, mais doivent être complétés par des règlements et normes plus stricts, un développement de la R-D et des technologies, l’éco-étiquetage et l’éducation, pour surmonter certains manques d’information et défaillances du marché qui entravent l’action.Les décideurs devraient taxer les « mauvaises » pratiques plutôt que de subventionner les bonnes, et devraient chercher à créer un cercle vertueux produisant des externalités positives. Certaines subventions sont probablement nécessaires, notamment pour la R-D. Mais il faudrait en priorité éliminer les subventions nuisibles à l’environnement, spécialement celles destinées aux combustibles fossiles et à la production agricole, pour réduire la pollution et alléger les pressions exercées sur les ressources naturelles. D’autres instruments économiques, comme les systèmes d’échange de droits d’émission et les taxes, peuvent aussi nous aider à affecter un prix juste au responsable du problème : le carbone. Pour restructurer l’économie dans le sens d’une sobriété en carbone, les pouvoirs publics devront faire preuve de concertation et de volonté. La participation de tous les acteurs et de tous les secteurs sera impérative. Enfin, une coopération accrue entre les différents ministères et entre les différents acteurs des milieux d’affaires, du monde du travail et de la société civile sera nécessaire.Les citoyens sont prêts à changer, beaucoup ouvrent déjà la voie ! La transition devra cependant être gérée prudemment, en tenant compte des questions sociales et des problèmes de compétitivité. Sinon, certaines mesures importantes ne pourront être acceptées ou mises en place. Nous devons également préparer nos économies à tirer profit des nouvelles perspectives en matière d’éco-innovation.Le changement climatique est le principal défi à long terme pour l’humanité, et son coût sera moindre si tous les pays travaillent ensemble et partagent équitablement le fardeau. Les pays de l’OCDE doivent oeuvrer en concertation étroite avec des acteurs importants comme le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, l’Afrique du Sud et la Russie, de même qu’avec les autres pays en développement.Agir maintenant, c’est non seulement éviter des problèmes futurs, mais aussi bâtir une économie meilleure. Tel est notre objectif, il n’y a plus de temps à perdre.©L’Observateur de l’OCDE Édition spéciale avril 2008


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016