Observateur OCDE

Lecteurs numériques

Si la qualité de l’enseignement en ligne fait encore l’objet d’un débat passionné entre les éducateurs, mais aussi entre les parents et les élèves, la nécessité d’une culture numérique ne fait plus l’ombre d’un doute. Selon The Guardian, les adultes qui savent se servir d’Internet améliorent de 25 % leurs chances de trouver du travail et gagneront jusqu’à 10 % de plus que ceux qui ne possèdent pas ces compétences.

Nos enfants sont-ils bien préparés pour évoluer dans ce monde de technologies ?

Pas autant que l’on pourrait l’imaginer pour ces « natifs » de l’ère numérique. Le Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (PISA) montre que 17 % des adolescents âgés de 15 ans qui ont grandi « connectés » ne possèdent pas les compétences requises pour naviguer avec assurance dans le monde numérique – ce qui signifie qu’ils pourraient avoir des difficultés à finir leurs études et, plus tard, à chercher du travail et à postuler à un emploi, à remplir leur télédéclaration d’impôt ou même à réserver un billet de train.

L’étude pionnière PISA 2009 sur la culture numérique des élèves offre des résultats extrêmement intéressants. Par exemple, dans les 19 pays ayant participé à l’évaluation des compétences en lecture numérique, les élèves qui effectuent des recherches en ligne le plus souvent sont ceux qui obtiennent les meilleures performances en lecture numérique.

À l’inverse, ne pas être familier des pratiques sociales en ligne, comme les courriels ou les chats, semble aller de pair avec des capacités en lecture numérique plus faibles. Les élèves qui envoient des courriels ou discutent en ligne fréquemment atteignent toutefois des scores moins élevés, en moyenne, que ceux qui se livrent à ces activités de façon plus modérée.

De la même manière, les élèves qui utilisent l’ordinateur à la maison de temps en temps, pour les loisirs ou les devoirs, obtiennent de meilleurs résultats à l’évaluation que ceux qui l’utilisent rarement et que ceux qui l’utilisent intensivement. Une fois les aptitudes scolaires prises en compte, la fréquence d’utilisation de l’ordinateur à la maison est en corrélation positive avec la faculté des élèves à naviguer sur Internet, ce qui n’est pas le cas de la fréquence d’utilisation de l’ordinateur à l’école. Autrement dit, les élèves apprennent à surfer sur Internet par eux-mêmes, simplement en explorant les possibilités quasi infinies offertes par ce média. Les systèmes éducatifs devraient envisager d’intégrer l’utilisation de l’ordinateur aux programmes et d’investir davantage dans la formation des enseignants à l’usage des technologies numériques, pour leur permettre de mieux enseigner ainsi que pour aider les élèves dans leur apprentissage.

Extrait de « Reading, the second digital divide » d’Andreas Schleicher, juin 2011. Billet complet (en anglais) sur www.oecdinsights.org

Voir www.pisa.oecd.org

Voir aussi le blog de l’OCDE « Educationtoday » : https://community.oecd.org/community/educationtoday

©L’Observateur de l’OCDE n°285, T2 2011




Actualités
Restez connectés
Courriel gratuit

RSS

©L'Observateur de l'OCDE 2013. Tous droits réservés. Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres. Les demandes de reproduction ou de traduction totales ou partielles des articles de l’Observateur de l’OCDE doivent être adressées au chef des éditions de l’OCDE : 2 rue André-Pascal, 75775 Paris, cedex 16, France ; ou par courriel, à observer@oecd.org

Webmaster