À nouvelle ère, anciennes perspectives ?

Pourquoi la question de la parité est-elle toujours d'actualité ? Fabrique à idées
Direction de l’Emploi, du Travail et des Affaires sociales

La longue route vers l’égalité des sexes a permis une élévation du niveau d’éducation et du taux d’activité des femmes ainsi que des avancées dans le monde politique et le monde des affaires. Mais il reste encore du chemin à parcourir. 

Dans les pays de l’OCDE, même si 40 % des femmes contre 31 % des hommes sont diplômées de l’enseignement supérieur, leur taux d’activité s’élève à seulement 65 %, contre 79 % pour les hommes, elles gagnent 16 % de moins que les hommes et risquent davantage d’être pauvres au cours de leur vieillesse. À quelques exceptions près, la représentation des femmes dans les conseils d’administration est inférieure à 15 % et rarement supérieure à 35 % dans les parlements.

Pourquoi ces inégalités persistent-elles ? En partie parce que le « nouveau » rôle des femmes au sein de l’économie ne s’est pas traduit dans la cellule familiale.

Dans les pays de l’OCDE, les femmes passent deux heures de plus que les hommes chaque jour à effectuer un travail non rémunéré (et jusqu’à cinq heures de plus dans d’autres pays).

Il est difficile de démêler l’influence de la famille, des comportements sociaux, des institutions ou de l’environnement professionnel sur les choix, mais l’égalité des chances au niveau économique constitue un investissement de long terme, important pour les individus comme pour la société. À part l’impératif moral, la contribution active des femmes à l’économie engendre une meilleure utilisation des ressources humaines et une croissance potentielle plus soutenue. Elle contribue également à aborder les problèmes démographiques et à encourager l’innovation et la concurrence en affaires.

À cet égard néanmoins, le nombre de femmes inscrites en cursus scientifique reste supérieur au nombre de femmes effectivement employées dans la recherche ou dans d’autres domaines techniques, partiellement en raison de la structure organisationnelle au travail. Les environnements à majorité masculine peuvent constituer un obstacle pour une femme, notamment, pour une mère, si elle a de longues journées et part d’urgence en mission.

Cela dit, les hommes peuvent également être sous pression. Que pense l’employeur moyen lorsqu’un employé pose un arrêt maladie pour s’occuper de ses enfants malades ou décline un voyage d’affaires pour cause d’anniversaire ?

Il est clair que l’égalité des sexes ne se fera pas sans l’intervention des pouvoirs publics. Mais les hommes et les femmes devraient unir davantage leurs forces et partager leurs responsabilités. Papa peut préparer le dîner et laisser Maman accompagner les enfants au match de foot. 

Lire la Fabrique à idées sur la parité dans L'Annuel de l'OCDE 2012

Voir aussi www.oecd.org/parite

et www.observateurocde.org/parite

© L'Annuel de l'OCDE 2012




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Ne manquez pas

  • L'école est-elle toujours l'un des principaux vecteurs d'intégration en France? Le niveau d'instruction de la population française progresse mais les inégalités aussi. Une analyse d'Eric Charbonnier et de Jean-Christophe Dumont de l'OCDE à lire sur Lemonde.fr.
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • Véhicules « caillassés », retournés, vandalisés, bagarres, embuscades pour « coincer » des chauffeurs UberPop… depuis quelques jours, la grogne des artisans taxis prend de l’ampleur. Le Monde vous explique l'actuelle grève des chauffeurs de taxi en 3 points.
  • Le nombre de chômeurs devrait baisser à partir de cet été, selon l'Unédic, qui estime que plus de 90.000 devraient quitter les listes de Pôle emploi d'ici à fin 2016. Mais les travailleurs précaires devraient être plus nombreux. A lire dans le JDD.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • Alors que la FIFA est secouée par un scandale financier de grande ampleur, des sponsors tels que Coca-Cola et Visa remettent en question leur soutien au vu du décès de nombreux travailleurs sur les chantiers qataris du Mondial de 2022. A lire dans Libération.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2015