Ressusciter les politiques industrielles

Les gouvernements peuvent-ils impulser une dynamique positive au secteur industriel ?

« On reproche souvent aux politiques industrielles de ne choisir que les projets gagnants ; or les pouvoirs publics ne sont pas les mieux placés pour procéder à une telle sélection. (…) L’objectif des politiques publiques consiste à identifier les projets porteurs comportant d’importantes externalités. Elles ont enregistré en la matière des réussites notables. » Ces paroles, prononcées en 1999 par Joseph Stiglitz, lauréat du Prix Nobel d’économie, sont au coeur d’une interrogation commune : les pouvoirs publics doivent-ils recourir aux politiques industrielles pour stimuler de nouvelles sources de croissance ?

Le terme « politique industrielle » ne fait pas l’unanimité : pour certains, il rime avec interventionnisme étatique, sélection de champions nationaux et marchés sclérosés ; pour d’autres, il témoigne de choix d’investissement stratégiques des pouvoirs publics dans la recherche et l’innovation, les infrastructures ou les compétences.

Toute politique industrielle comporte une part de risque. Comme ce fut le cas récemment dans la filière pétrolière, les subventions et le soutien à certains fleurons industriels exposent les pouvoirs publics à la pression des groupes d’intérêts. Ce phénomène est susceptible de porter atteinte à la compétitivité ou de favoriser le protectionnisme, et donc d’engendrer des coûts supplémentaires pour les producteurs, les consommateurs et l’économie en général. De fait, bien souvent, les projets les plus prometteurs perçoivent moins d’aides que des projets plus faibles mais mieux défendus auprès des gouvernements.

Cela dit, du fait de cette distorsion, les recherches ont peut-être sous-estimé le potentiel de retombées positives, contribuant ainsi à une évaluation excessivement négative des politiques industrielles. En d’autres termes, il est possible de mener des politiques industrielles efficaces.

Pour diverses raisons, on observe un regain d’intérêt à l’égard des politiques industrielles. Certaines s’écartent du système des subventions et de la promotion de champions nationaux au profit de dispositifs de soutien et d’encouragement plus souples, moins susceptibles de fausser les échanges.

De même, les gouvernements font des choix plus stratégiques dans un souci de rééquilibrage économique face à la crise.

De telles interventions publiques stratégiques font sens pour des projets tels que la promotion des énergies renouvelables, qui se caractérisent par : un rendement potentiellement faible pour le secteur privé (du moins au départ), mais des avantages collectifs (qualité de l’air, réduction des émissions de carbone, ralentissement de l’épuisement des énergies fossiles), d’éventuelles retombées économiques (modernisation de bâtiments, création d’emplois) et l’utilisation de technologies nécessitant de nouveaux financements en R&D.

Le rôle stratégique de l’État peut également porter sur un soutien financier aux pôles de compétitivité, notamment dans le secteur de la finance, afin de promouvoir le développement régional ou surmonter les défaillances des marchés. L’OCDE s’intéresse depuis peu à la résurgence des politiques industrielles afin d’en améliorer l’évaluation. L’objectif ne consiste pas à réhabiliter des politiques industrielles d’un autre âge, mais à mettre en évidence la manière dont les pouvoir publics opèrent des choix stratégiques, ainsi que les mesures et circonstances susceptibles de fonctionner.

Une bonne politique devra : éviter le risque de paralysie lié aux avantages concédés à certaines entreprises, et par conséquent s’appuyer sur le principe de libre-concurrence et soutenir un panel de technologies et d’acteurs variés ; s’attaquer à la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée et à ses effets sur la chaîne d’approvisionnement ; encourager la responsabilité ; garantir l’accès public ; veiller à une bonne évaluation ; préserver les ressources des contribuables ; enfin, se fixer des objectifs réalistes : reproduire la Silicon Valley serait absurde, en revanche il est pertinent de soutenir la recherche fondamentale dans les universités locales. En bref, une bonne conception, un souci de concurrence et une supervision effective, telle est la formule gagnante pour des politiques industrielles intelligentes.

Voir www.oecd.org/entreprises

Pour plus d’informations sur les questions de politiques industrielles, contacter Dirk.Pilat@oecd.org 

©L’Observateur de l'OCDE N˚ 292 T3 2012




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Ne manquez pas

  • Le défi de l'eau rattrape les villes Dans les agglomérations des pays développés l'abondance et la qualité de la ressource ne peuvent plus être tenus pour des acquis selon Les Echos.
  • L'OCDE exhorte le Japon à favoriser le travail des femmes pour relancer l'activité (Les Echos)
  • #OCDE360: Emploi, éducation, pauvreté, croissance verte...Quel classement pour votre pays?
  • Un plus grand accès à la chirurgie dans les pays en voie de développement pourrait éviter le décès annuel de 1,5 millions de personnes, selon une nouvelle étude publiée par le Groupe de la Banque mondiale.
  • Rana Plaza
  • L’Assemblée nationale examine ce lundi 30 mars une proposition de loi visant à obliger les entreprises françaises à s’assurer de la conformité de leurs sous-traitants en matière de droits de l’homme et d’environnement. A lire sur Le Monde.
  • L'année 2015 sera celle de la hausse du pouvoir d'achat d'après le Figaro économie.
  • Bercy et Bruxelles déclarent la guerre à l'optimisation fiscale, selon le JDD qui annonce que le ministère de l'Economie est sur le point de dévoiler une liste d'une vingtaine de schémas fiscaux jugés non conformes.
  • Entretien avec Eric Charbonnier, expert éducation de l'OCDE, qui dresse un bilan mitigé de la réforme de l'Education présentée par la Ministre Najat Vallaud-Belkacem. Article d'Atlantico.
  • Découvrez les gagnants du concours #JeVoisChaqueJour de la Banque Mondiale.
  • A l'école, les garçons restent moins performants que les filles. Un article à lire sur le site internet du journal Le Monde.
  • solar powered plane
  • L'avion du futur ? Ce tour du monde en avion à énergie solaire pourrait constituer une avancée significative en matière de lutte contre le réchauffement climatique.
  • Combien coûte un étudiant en France ? Le Monde compare le prix des études dans l'Hexagone à celui des autres membres de l'OCDE.
  • Désindustrialisation et précarisation de l’emploi ne sont pas seulement le lot des ouvriers: l’atelier d’assemblage de moteurs où travaille Axelle (photo ci-dessus) emploie une forte proportion de femmes, souvent jeunes et intérimaires. Découvrez l’enquête photographique de Mediapart en cliquant sur l’image. © Raphaël Helle / Signatures / La France VUE D'ICI
  • Les energies renouvelables (ENR) sont à l'honneur. Compte tenu des objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, les ENR semblent avoir un avenir prometteur devant elles selon les Echos.
  • [Vidéo] Migrations internationales: un enjeu planétaire. Interview de Jean-Christophe DUMONT, Chef de la division des migrations internationales auprès de l'OCDE, auditionné par le Conseil Economique, Social et Environnemental.
  • Paris 2015 En vue de la conférence de décembre 2015 contre le changement climatique, le président français François Hollande est en visite officielle aux Philippines, pays qui subit déjà les conséquences de ce phénomène.
  • Je vois chaque jour...Découvrez qui sont les finalistes du concours Instagram organisé par la Banque mondiale et votez pour votre photo préférée!
  • SwissLeaks: Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, analyse les réformes en cours pour lutter contre la fraude fiscale. Une interview à lire sur le site de L'Express.
  • "L'alliance de la pâquerette et du PIB", ou comment les politiques environnementales ne nuisent pas (nécessairement) à la productivité. Un article paru sur Lemonde.fr.
  • Pas de croissance inclusive sans égalité de genre. Corriger les inégalités dont sont victimes les femmes africaines en matière de rémunération, de choix du métier et de sécurité de l’emploi permettrait d'obtenir des effets positifs non négligeables sur le développement.
  • Une histoire d'amour? Lors de sa rencontre avec Angel Gurría, le Premier Ministre grec Alexis Tsipras lui a exposé son souhait de faire de l'OCDE le nouveau prescripteur de réformes d'Athènes.
  • Le vélo, outil clé du développement ?En plus d'être un moyen de déplacement écologique, économique et bénéfique pour la santé, le vélo et son industrie génèrent de nombreux emplois. En parallèle des transports en commun, le vélo semble être un moyen prometteur de répondre aux objectifs de développement durable.
  • Le chômage est-il mauvais pour la santé ? Plusieurs études tendent à montrer qu'être sans emploi pendant six mois ou plus se traduit par une diminution du bien-être chez le chômeur lui-même, mais aussi au sein de sa famille et de la communauté dans laquelle il vit.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2015