De la révolution de l’information à un monde fondé sur le savoir

À l’occasion des 50 ans de L’Observateur de l’OCDE, nous portons notre regard sur la mue profonde du monde de l’information et de  l’économie mondiale depuis la création du magazine par Thorkil Kristensen, premier Secrétaire général de l’organisation,  en novembre 1962.

En vingt ans, le monde a changé de façon irréversible sous l’effet d’une véritable révolution de l’information. Cela a-t-il amélioré nos vies et facilité notre travail ? La réponse est : oui, mais…

Prenons l’Internet. Les progrès décisifs des technologies de l’information et de la communication (TIC) ont facilité l’accès aux marchés, stimulé l’innovation et ouvert de nouvelles opportunités aux entreprises.

Énergie, éducation, alimentation, santé : tous ces  domaines ont bénéficié des progrès technologiques, qui sont à  l’origine d’une amélioration générale du bien-être à travers le monde  et ont aidé les économies émergentes à devenir des locomotives  de l’économie mondiale.                    

La révolution de l’information a transformé le mode de fonctionnement  de nos économies et posé les bases d’un monde fondé sur le savoir. Ce  nouveau monde devrait être mieux appréhendé par les décideurs.          

Dans ce nouveau monde, la richesse provient de plus en plus  des idées et innovations intégrées aux produits et services. C’est  dans la recherche-développement (R-D), les logiciels, les marques,  l’organisation, les structures de production et tant d’autres actifs  « immatériels » que réside la compétitivité des entreprises et des pays.               

De plus, dans cette économie du savoir, la production est éclatée entre  des pays différents en termes de niveaux de revenus, de réseaux de  R-D, de design et de marketing, de chaînes de montage et de gestion  de la clientèle. Sans les TIC, il serait difficile d’intégrer toutes ces  étapes de production pour créer des chaînes de valeur mondiales.                 

La crise a contraint les décideurs à rechercher de nouvelles sources  de croissance dynamiques et à renforcer l’économie, d’où leur volonté  de se positionner sur les chaînes de valeur mondiales. Par ailleurs, la  concurrence pour les investissements très en amont de la chaîne de  valeur souligne l’importance de l’éducation, des compétences et de la  R-D. Tout cela remet en cause notre vision des échanges, notre manière  d’investir dans l’éducation et la formation de nos citoyens ainsi que de  contrer l’érosion des recettes fiscales, la matière imposable pouvant  voyager d’un pays à l’autre selon des modalités toujours plus complexes.              

C’est ce type de questions fondamentales que traite l’OCDE. En tant  que plateforme de savoir dont l’information est la matière première,  notre organisation est parfaitement adaptée à ce rôle. À tous les  niveaux, nos travaux ont bénéficié de la révolution de l’information  et des technologies, qui a transformé la collecte, la gestion, l’analyse,  la publication et la diffusion des données, sans oublier leur protection.  Grâce aux TIC, nous avons les moyens d’entretenir un dialogue plus  régulier et de rapprocher nos pays membres et nos pays partenaires.  Grâce aux TIC, l’OCDE diffuse toujours plus de connaissances,  toujours plus largement et les actualise constamment à la lumière  du bouillonnement intellectuel de notre temps, via les outils interactifs,  les wikis et les forums publics, par exemple.             

Le monde de l’information évolue rapidement. Le premier SMS  a été envoyé il y a à peine 20 ans, en décembre 1992, mais les  communications mobiles foisonnent déjà sur tous les continents.  Bien plus récents, les médias sociaux passent déjà à l’ère des données  massives. Comme nous le soulignons dans ce numéro, plus de données  ont été produites en 2011 que dans toute l’histoire de l’humanité.  L’OCDE investit dans les outils de gestion des connaissances dont elle  a besoin pour rester à la pointe de ces tendances. Mais il faut aussi  savoir prendre du recul, se poser des questions, débattre et faire preuve  de discernement.              

Dans son premier numéro, L’Observateur de l’OCDE s’interrogeait  sur les facteurs de la croissance économique. Au regard de la pire  crise de notre époque, cette question ne trouve toujours pas de réponse  satisfaisante. Jamais nous n’avons disposé d’autant d’informations,  et pourtant nous avons été incapables, si ce n’est d’empêcher cette  crise financière, au moins de l’anticiper.            

D’aucuns soutiennent que la révolution de l’information est l’une  des causes de notre instabilité : sa rapidité est vecteur de volatilité  – des transactions à haute fréquence sur les marchés financiers,  par exemple – et occulte les mécanismes de corruption et de  financement illicite. De réelles inquiétudes quant aux questions de  vie privée accentuent un sentiment de méfiance largement répandu.  L’OCDE prend ces problèmes au sérieux. Elle est déterminée à combattre  les abus et à défendre l’idée que la révolution de l’information peut être à  la fois source de connaissance et de confiance.                  

Élaborer de meilleures politiques pour un monde fondé sur une  croissance durable et inclusive est primordial. À travers notre initiative  « Nouvelles approches face aux défis économiques », lancée en 2012,  nous avons engagé une réflexion sur nos modèles de croissance et  commencé à étudier de nouveaux paradigmes qui intègrent pleinement  l’équité et l’environnement.               

Cette vaste mobilisation de connaissances passe par la coopération.  C’est en exploitant habilement et dans un esprit d’ouverture les  connaissances et les idées que nous construirons un avenir meilleur. La révolution de l’information nous donne les moyens de faire les bons  choix.             

Voir www.observateurocde.org/angelgurria

Voir aussi www.oecd.org/fr/apropos/secretairegeneral

©L’Observateur de l'OCDE N˚ 293 T4 2012 




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Ne manquez pas

  • L'école est-elle toujours l'un des principaux vecteurs d'intégration en France? Le niveau d'instruction de la population française progresse mais les inégalités aussi. Une analyse d'Eric Charbonnier et de Jean-Christophe Dumont de l'OCDE à lire sur Lemonde.fr.
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • Véhicules « caillassés », retournés, vandalisés, bagarres, embuscades pour « coincer » des chauffeurs UberPop… depuis quelques jours, la grogne des artisans taxis prend de l’ampleur. Le Monde vous explique l'actuelle grève des chauffeurs de taxi en 3 points.
  • Le nombre de chômeurs devrait baisser à partir de cet été, selon l'Unédic, qui estime que plus de 90.000 devraient quitter les listes de Pôle emploi d'ici à fin 2016. Mais les travailleurs précaires devraient être plus nombreux. A lire dans le JDD.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • Alors que la FIFA est secouée par un scandale financier de grande ampleur, des sponsors tels que Coca-Cola et Visa remettent en question leur soutien au vu du décès de nombreux travailleurs sur les chantiers qataris du Mondial de 2022. A lire dans Libération.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2015