Énergie à l’indienne

Le secteur de l’électricité indien, détenu et exploité pour l’essentiel par le secteur public, se trouve actuellement exposé à un risque croissant de faillite. Bien que l’Inde soit le troisième producteur mondial de charbon après la Chine et les États-Unis, elle importe environ 1,4 million de barils de pétrole par jour, soit 60% de ses besoins. Selon l’Energy Information Administration des États-Unis, ce pays enregistre un déficit d’approvisionnement en électricité de 13 000 mégawatts.
Les difficultés qu’il connaît découlent pour la plupart du système de tarification actuellement en vigueur, et du fait que les usagers sont trop peu nombreux à régler leur facture. Seulement 55% de la production totale d’électricité sont facturés aux clients, et 41% normalement acquittés, en raison de vols, de non-facturation ou d’impayés. Cela équivaut à un subventionnement implicite massif.La sous-tarification pose un problème également, car le prix de l’électricité pour le consommateur final représente actuellement moins de 75% des coûts moyens en termes réels. C’est un obstacle sérieux à l’investissement dans ce secteur, à un moment où l’Inde en a cruellement besoin. Peu avant sa débâcle, Enron était le plus gros investisseur privé américain en Inde. Mais il a renoncé à sa participation de 65% dans la Dabhol Power Company, dans l’état du Maharashtra, après avoir constaté l’impossibilité de se faire payer pour l’électricité produite.Les importations de pétrole brut de l’Inde devraient atteindre 5 millions de barils par jour à l’horizon 2020, ce qui correspond à plus de 60% de la production saoudienne actuelle. L’énergie et l’électricité seront indispensables à une population qui dépassait le milliard d’habitants en 2000, ainsi qu’à une économie qui affichait un taux de croissance moyen annuel de 7% entre 1993 et 1997. La singularité de Electricity in India: Providing power for the millions (L’électricité en Inde: du courant pour tout un peuple) par rapport aux autres publications de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), est qu’il préconise une intervention vigoureuse des pouvoirs publics afin de préparer le terrain pour un marché libre de l’électricité s’étendant sur tout le territoire indien. Seule l’administration centrale peut créer les conditions propices à sa mise en place, en incitant les états à réformer leurs réseaux d’électricité au bord de la faillite, en encourageant les échanges entre états et en oeuvrant en faveur d’un environnement qui attire l’investissement national et étranger.


Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019