Lutter contre la fraude fiscale

Bien que l'OCDE s'emploie depuis plus de 50 ans à instaurer plus de justice dans la fiscalité internationale, ce n'est qu'avec un rapport de mai 1998 sur la concurrence fiscale dommageable qu'elle a renforcé ses travaux sur la fraude fiscale, les paradis fiscaux et autres pratiques abusives. Depuis, elle s'est attachée à lutter contre les pratiques fiscales dommageables, à améliorer la discipline fiscale, à encourager l'échange de renseignements, à combattre l'optimisation fiscale abusive et la corruption, ainsi qu'à resserrer la coopération entre les autorités fiscales et celles chargées de lutter contre le blanchiment d'argent.

Le rapport de 1998 définit le paradis fiscal comme un pays ou un territoire qui ne perçoit pas ou très peu d'impôt sur les revenus concernés, en conjonction avec l'absence de véritable échange de renseignements, de transparence et d'activité économique substantielle.

L'OCDE a également mis au point des normes de transparence et d'échange de renseignements qui ont été approuvées par des pays et des organisations internationales dans le monde entier et qui servent de modèle pour la plupart des 3 000 conventions fiscales bilatérales actuellement en vigueur.

Ces normes comportent notamment l'obligation d'échange de renseignements sur demande lorsqu'ils sont « vraisemblablement pertinents » pour l'application de la législation de l'État qui fait la demande, ainsi que le respect des droits des contribuables. Elles imposent également une stricte confidentialité pour tous les renseignements échangés. L'amélioration de la transparence, de l'échange de renseignements et de la discipline fiscale s'est accélérée avant et après le sommet du G20 d'avril 2009, qui a fait de la lutte contre les paradis fiscaux l'une de ses priorités.

Les 30 pays de l'OCDE se conforment désormais à ces normes. Sur plus de 40 paradis fiscaux identifiés par l'OCDE en 2000, neuf (Antilles néerlandaises, Aruba, Bermudes, Iles Vierges britanniques, Chypre, Ile de Man, Guernesey, Jersey et Malte) appliquent activement les normes de l'OCDE par le biais d'accords d'échange de renseignements fiscaux ou de conventions fiscales. Macao et Singapour, de même que Hong Kong (Chine), ont approuvé ces normes et prendront des mesures avant fin 2009 pour commencer à les appliquer. Andorre, le Liechtenstein et Monaco ont également accepté de les appliquer. Le Forum mondial sur la fiscalité, qui est aujourd'hui la plate-forme majeure du dialogue international dans ce domaine, suivra les engagements pris et promouvra leur adoption par d'autres juridictions, tout en veillant à empêcher la création de nouveaux paradis fiscaux.

OCDE (1998), Concurrence fiscale dommageable : un problème mondial, Paris.

Pour plus d'informations, voir également www.oecd.org/fiscalite/fraude

Vous pouvez consulter la liste dressée par l'OCDE des juridictions qui ont pris un engagement à améliorer la transparence en matière fiscale.

©L'Observateur de l'OCDE n° 273, juin 2009




Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019