La force des foules : les JO d’hiver 2010

©Gary Hershorn/Reuters

Les grands événements sportifs peuvent à la fois stimuler l’économie et la société. C’est ce qu’ont fait les Jeux olympiques d’hiver de Vancouver, en 2010, qui ont été largement applaudis malgré d’importantes difficultés au départ. Pourquoi un tel succès, et quelles leçons en ont tiré les organisateurs ? Réponses de John Furlong, président du comité d’organisation des Jeux de 2010.

« Nous n’avions pas droit à l’erreur, un seul dollar de déficit aurait été impardonnable », se souvient John Furlong, président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver (COVAN), en référence au budget de fonctionnement de 1,75 million de dollars canadiens accordé aux Jeux de Vancouver, en Colombie britannique, en 2010.

M. Furlong rejette l’idée selon laquelle il a fait preuve de créativité pour maintenir le cap des Jeux en pleine crise économique. « Ce n’était pas de la créativité, précise-t-il. Nous luttions pour notre survie ».

La lutte a bien tourné, mieux que quiconque n’aurait pu l’imaginer, et pas uniquement sur le plan économique. Le Canada a décroché 14 médailles d’or, soit le plus grand nombre obtenu par un pays en une seule année olympique. De surcroît, il a remporté l’épreuve de hockey sur glace, un sport qui pour beaucoup incarne le Canada, suscitant une véritable jubilation nationale.

« Le Canada n’avait pas d’expérience olympique, explique M. Furlong. Cela a eu un impact profond sur le pays. »

Comment a-t-il réussi à négocier le super G de la crise économique ? D’abord en attirant les foules et en remplissant les gradins, maintenant ainsi le moral des Canadiens et de leurs athlètes. « Je me rappelle que lorsque j’étais à Pékin, plus de moitié des tribunes étaient désertes pour certaines épreuves. Nous avons donc mis en place un système de troc : ceux qui ne pouvaient ou ne voulaient pas suivre une épreuve pouvaient échanger leur billet avec les spectateurs intéressés. Les gradins ont ainsi toujours été occupés. »

La confiance était essentielle à la réussite des Jeux. Suite à la crise économique, de nombreux partenaires financiers ont fait la grimace. « Certains s’alarmaient du possible retrait de General Motors du rang des sponsors. Nous avons refusé de croire à cette éventualité, et nous avons eu raison. L’enjeu était tel pour le pays que finalement, aucun de nos partenaires n’a renoncé. »

Comme les études de l’OCDE l’ont montré, accueillir des événements mondiaux tels que les Jeux olympiques peut avoir des effets dévastateurs. L’organisation, les budgets et les répercussions économiques peuvent rehausser, mais aussi ternir l’image du pays organisateur. L’OCDE fait observer que l’ampleur et la pérennité des retombées des Jeux olympiques constituent un facteur déterminant lors de l’évaluation des candidatures.

M. Furlong a choisi de placer la confiance au coeur de sa stratégie. Les organisateurs s’inquiétaient de ce qu’un parcours de la flamme olympique de 45 000 km – le plus long jamais envisagé dans un pays organisateur – et traversant plus d’un millier de villes, susciterait des réticences chez certains peuples autochtones. M. Furlong les a invités à participer. « Nous nous sommes efforcés de créer des liens avec chaque communauté du pays », précise-t-il, ce qui s’est traduit par un contrat de 15 millions de dollars canadiens, avec des entreprises autochtones pour certains travaux de construction préliminaires. « Nous avons beaucoup misé sur ces relations, poursuit-il, et nous avons été tellement satisfaits des résultats que nous leur avons confié un contrat de 50 millions de dollars. »

En 2010, M. Furlong figurait parmi les 25 « Canadiens de l’année » ayant profondément amélioré la vie des gens. Et aujourd’hui, il est très sollicité pour parler dans les forums de politique publique et les conférences d’entreprises. Toutes les retombées économiques et sociales des Jeux olympiques d’hiver de 2010 ne se font pas encore sentir, mais déjà, une étude de PricewaterhouseCoopers a estimé qu’au cours des trois premiers mois de 2010, elles avaient permis de générer 862 millions de dollars canadiens en PIB réel et de créer ou soutenir 17 000 emplois.

M. Furlong admet que les avantages économiques n’étaient pas sa priorité première : « Notre objectif était de faire vivre aux Canadiens une expérience humaine intense ». Un objectif largement atteint par son équipe d’organisateurs. La réussite des Jeux olympiques d’hiver a été attribuée aux qualités managériales de M. Furlong, à sa modération et au caractère fédérateur de sa stratégie. Mais il estime que la vraie raison du succès, c’est le public : « Le public s’est véritablement tenu aux avant-postes de ces Jeux ». Lorsque Sidney Crosby a marqué le point de la victoire lors de la finale de hockey, « tous les Canadiens étaient avec lui sur la glace. Les Jeux ont été perçus comme une métaphore de ce qu’il est possible de réaliser. »

Références

PricewaterhouseCoopers (2010), « The Games Effect: Report No. 6: Preliminary Economic Impact of the 2010 Winter Olympics on British Columbia and Canada », PricewaterhouseCoopers, septembre 2010.

OCDE (2010), Local development benefits from staging global events 

Voir www.oecd.org/fr/canada/ et www.JohnFurlong.ca

Site Internet des JO d’hiver 2010 : www.olympic.org/fr/vancouver-2010-olympiques-hiver

©L'Observateur de l'OCDE n° 284, mai 2011




Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019