Un marché parallèle bien huilé

George Esiri/Reuters

La légendaire facilité de raffinage du pétrole nigérian alimente un trafic problématique, le vol de pétrole, qui atteint des sommets : les autorités ont fait état, début 2013, d’une perte de 1,2 milliard USD en un mois, équivalant à une baisse des ventes de 17 %. 

Selon Chatham House, un think tank londonien, le Nigeria perd ainsi en moyenne 100 000 barils par jour, soit 5 % de sa production totale. Les voleurs forcent les oléoducs pour siphonner le pétrole, détériorant ainsi non seulement l’économie, mais aussi l’environnement. En juin 2013, la Nigerian National Petroleum Corporation a enregistré 53 dérivations frauduleuses le long de la Nembe Creek Trunkline.

L’impact sur l’industrie pétrolière nigériane est évident, mais les cinq compagnies internationales qui produisent le brut du Nigéria sont également touchées, et se voient souvent contraintes de suspendre la production pour réparer les conduites.

Une partie du problème relève de la corruption, qui mine le secteur pétrolier du pays depuis des décennies. L’argent illégalement tiré du pétrole, blanchi dans des centres financiers mondiaux, a financé des campagnes électorales, des groupes militants et, probablement, le trafic de drogue et des réseaux terroristes.

Deuxième problème, la répression des infractions. Personne ne sait exactement qui achète le pétrole volé, ni où celui-ci est acheminé. Il se peut qu’une proportion importante en soit mélangée avec du pétrole raffiné en toute légalité, afin d’en cacher l’origine aux acheteurs. Chatham House dispose d’éléments tendant à prouver que les destinations ultimes de ce pétrole illicite sont les États-Unis, le Brésil et la Suisse, ainsi que des pays non membres de l’OCDE comme la Chine, l’Indonésie, Singapour, la Thaïlande et certains pays d’Afrique de l’Ouest. Le think tank invite les gouvernements à renforcer leurs activités de renseignement pour percer à jour les réseaux de vol de pétrole, à pister les activités financières des suspects et à comparer sur 10 ans les importations de ces pays avec les exportations nigérianes de pétrole.
Lyndon Thompson

Chatham House (2013), Nigeria’s Criminal Crude: International Options to Combat the Export of Stolen Oil

Voir www.oecd.org/fr/afrique/

© L’Observateur de l’OCDE n° 296 T3 2013




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019