Les nappes souterraines s’épuisent

L'Observateur de l'OCDE

L’eau douce, source de vie, ne représente qu’une très faible part de l’eau présente sur terre. Dans bien des régions, notamment arides et sèches, on ne la trouve que dans les nappes phréatiques. Les ressources souterraines sont également essentielles dans les régions moins arides, et quelque 2,6 milliards de personnes en sont tributaires, notamment pour l’agriculture : plus de 60 % des cultures irriguées aux États-Unis, et plus de 70 % en Espagne dépendent des nappes souterraines.

Les conséquences économiques sont immenses. On estime par exemple qu’en Australie, l’eau souterraine utilisée en agriculture uniquement contribue chaque année à hauteur de 11 milliards AUD à l’économie.

La mauvaise gestion et la surexploitation des ressources par les agriculteurs, les ménages et l’industrie ont épuisé les aquifères qui peinent à se recharger. Aux États-Unis, par exemple, la nappe des Hautes Plaines, utilisée pour irriguer plus de 20 % des terres cultivées, a diminué de 70 % en 50 ans.

L’épuisement des nappes souterraines peut induire d’autres conséquences graves pour l’environnement : perturbation des zones humides, salinisation des terres adjacentes, voire effondrement géologique.

Les périls du tarissement - Vers une utilisation durable des eaux souterraines en agriculture évoque les menaces qui pèsent sur les aquifères et leurs implications pour l’accès à l’eau douce dans le futur. L’eau souterraine, ressource accessible, fiable et encore largement non polluée, est gage de sécurité pour l’avenir, sachant que les eaux superficielles parviennent de moins en moins à répondre à nos besoins. Les Nations Unies ont même lancé un programme dans certaines zones d’Afrique pour exploiter de nouveaux aquifères. Toutefois, les sécheresses, la pollution, l’explosion de la demande d’une population en pleine croissance et les projets de fracturation hydraulique pourraient compromettre la durabilité de l’eau souterraine.

Les périls du tarissement propose un plan d’action en trois parties pour améliorer la gestion de l’eau souterraine, en particulier des usages agricoles, qui s’articule autour des cadres réglementaires, des instruments économiques et des programmes de gestion collective.

OCDE (2015), Les périls du tarissement - Vers une utilisation durable des eaux souterraines en agriculture, Études de l’OCDE sur l’eau, Éditions OCDE

Voir également :

www.oecd.org/fr/environnement/ressources/ledefideleaulareponsedelocde.htm et www.observateurocde.org/eau

©L'Observateur de l'OCDE No 304, Novembre 2015




Données économiques

PIB -9.8% T3 2020
Échanges exp -17.7% ; imp -16,7% T2/T1 2020
Inflation annuelle 1,2% août 2020
Chômage 7,4% août 2020
Mise à jour: 5 novembre 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abonnez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes sur Issuu

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019